top of page

Droits de femmes : l’UNSA ne lâche rien !

Dernière mise à jour : 4 avr. 2023

Le CTI est versé aux catégories de personnels jusqu’alors éligibles à la prime de revalorisation, dite prime Ségur, et élargi aux personnes exerçant des fonctions d'accompagnement socio-éducatif à titre principal.


Dès 2021, l’UNSA avait présenté un programme ambitieux de 49 propositions pour alimenter le plan égalité professionnelles femmes-hommes 2021-2023 de la CeA.


Plusieurs ont été mises en œuvre :

- temps partiel annualisé

- sensibilisation et formation des agent·es

- prise en compte dans les lignes directrices de gestion

- désignation d’une référente Égalité


D’autres actions sont en cours d’élaboration :

- charte des temps et droit à la déconnexion numérique

- démarche participative pour élaborer le nouveau plan 2024-2026

- féminisation progressive des intitulés de métiers


Mais la CeA peut mieux faire et l’UNSA a écrit au président Bierry pour l’inviter à aller plus loin.

Elle demande :

  • un congé menstruel associé à des mesures pour les femmes qui souffrent de règles douloureuses, en laissant le choix entre un jour d'absence, des journées occasionnelles de télétravail ou des adaptations horaires

  • le lancement d’une étude approfondie sur les causes des inégalités salariales entre femmes et hommes au sein de la CeA

  • l'organisation d'une demi-journée obligatoire de formation sur la prévention des violences sexistes et sexuelles et sur le harcèlement physique et moral

  • la mise à disposition de protections hygiéniques dans les toilettes des sites de la CeA

  • une réflexion commune interne à la CeA sur les possibilités d’intégrer au fur et à mesure l’écriture inclusive dans tous les écrits de la CeA



bottom of page